Quel modèle économique pour les offreurs de service de travail collaboratif ?

Dans le domaine de la construction, la modélisation du coût d’abonnement aux service de travail collaboratif varie en fonction des offreurs, et du contexte client dans lequel s’effectue le calcul.

Quels sont les éléments sur lesquels peut se fonder le calcul du prix d’une solution ? On en distingue généralement quatre :

  • La durée
  • Le nombre d’utilisateur
  • Le volume hébergé
  • Le nombre de projets

Ces différents paramètres présentent chacun des avantages et des inconvénients. Le but des opérateurs, c’est au delà de la rentabilité immédiate, de trouver une formule qui ne soit pas un frein artificiel à l’utilisation des outils. De toute façon, quel que soit le mode de calcul, ne vous inquiétez pas, on arrive toujours au fameux « prix du marché » !

Nos amis anglo-saxons ont une approche qui s’appuie sur un coût au projet, indépendamment des autres paramètres (voir à ce sujet le papier de Leigh Jasper sur le blog d’Aconex). Cette approche présente l’avantage de la simplicité pour les clients qui n’ont qu’un seul projet : pas de sueurs froides à l’idée d’oublier des utilisateurs ou d’être limité en ce qui concerne le volume hébergé.

Les offreurs français ont souvent sur le sujet une approche pragmatique ; en fonction des besoins du client (un ou plusieurs projets) et de l’importance des opérations, on va avoir des modes de calcul mêlant du projet et/ou du volume et des utilisateurs. En effet, lorsqu’on ne réfléchit plus projet par projet, mais qu’on essaie de rationnaliser l’approche des outils de travail collaboratif, il devient intéressant de recommencer à s’intéresser à d’autres éléments de mesure que le projet.

Coûts annexes

Au-delà des coût d’abonnement, la mise en oeuvre d’une solution de travail collaboratif requiert l’assistance d’experts du prestataire, afin de définir comment les méthodes du projet seront transcrites dans le paramétrage de l’outil. Ce paramétrage traditionnellement complexe, était l’apanage des ingénieurs des offreurs. Aujourd’hui, grâce à la simplicité des nouveaux outils, la configuration des projets est une opération relativement simple, qui doit pouvoir être réalisée par des membres du projet choisis pour leur intérêt pour l’organisation et les outils qui la supporte. Si vous avez dans votre équipe un pilote virtuose d’Excel, il a certainement le bon profil pour administrer votre solution. La formation des acteurs du projet est également un autre poste de dépense ; mais dans un contexte de simplification des outils, là aussi, privilégiez la dépense en heures pour former en interne les acteurs du projet, plutôt que de recourir systématiquement à votre prestataire.

En conclusion

Pour le plus grand bénéfice des clients, le prix des outils de travail collaboratif mutualisé a beaucoup diminuer ces dernières années. La plupart des offreurs peuvent fournir une solution pour moins d’un millième du coût des travaux ; pour prendre une assurance contre le retard du chantier, ce n’est pas cher payé, non ?

0 réponses

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>