Le logiciel comme service (SaaS) et la fidélité des clients.

Paul Wilkinson de BIW, dans un de ses recents articles de ses récents articles, donnait comme argument pour l’adoption du concept de logiciel comme service le fait que les clients pouvaient plus facilement changer de prestataire si la qualité de son service (ou le montant de son abonnement) venait à les décevoir. Dans mon commentaire, je faisais remarquer à Paul que cette migration n’était pas forcément une partie de plaisir, en tout cas pour ce qui concerne notre secteur d’activité, la construction.

Je prends un exemple récent ; un de nos clients publics nous a récemment renouvelé sa confiance, en choisissant Mezzoteam comme plateforme de travail collaboratif pour ses projets. Il était déjà abonné à l’une de nos solutions précédentes, avec des projets importants, difficiles, utilisant cette cette plateforme. Migrer aurait voulu dire reformer tous les utilisateurs à l’utilisation d’un nouveau produit, et risquer de donner un angle de réclamation aux entreprises, dans une industrie où tout prétexte est bon pour aller à la réclamation. D’un commun accord, nous avons décidé de laisser les projets en cours se terminer sur leur plateforme actuelle, et de démarrer les nouveaux projets sur Mezzoteam.

On peut imaginer que si un client qui continue à travailler avec le même prestataire, préfère ne pas migrer ses projets, ce serait encore plus difficile dans le cas d’une migration forcée, devant se faire entre deux fournisseurs différents, dont les produits ont forcément des spécificités particulières en terme de gestion des données…

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *