Splendeurs et Misères du Patrimoine

J’ai le sentiment que les appels d’offres concernant la gestion de patrimoine sont l’expression d’un manque de maturité du marché. En effet, les acheteurs se focalisent souvent sur les fonctionnalités attendues de la solution, alors qu’on se trouve plutôt une problématique de données.

En effet, les gestionnaires de patrimoine doivent comprendre qu’avant de fantasmer sur les tableaux de bords qu’ils vont pouvoir obtenir, il faut d’abord mettre son organisation en ordre de bataille pour acquérir et maintenir la donnée (surfaces, équipements, personnes, implantations, etc…). C’est là que se perd ou se gagne un projet de gestion patrimoniale.

J’ai vu trop de projets se perdre dans les sables pour avoir ignoré ou négligé cet aspect du problème, grisé par les démonstrations des offreurs de solutions. Or pour un euro dépensé dans le logiciel, il faudra en mettre plusieurs pour constituer une base d’informations complète, puis, encore plus difficile, la mettre à jour.

En effet, pourquoi donner à la Direction Générale de l’entreprise l’accès à un tableau de bord récapitulatif en temps réel si l’information de base n’est pas à jour ?

Avant de s’intéresser aux outils, il faut donc organiser la collecte et la mise à jour, soit en interne en dédiant des ressources à cette tâche, soit en externe en faisant appel à des sous-traitants. Cela permet également de calibrer les informations que l’entreprise sera capable de tenir à jour, et parfois réduire la voilure par rapport aux ambitions initiales du projet.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *